Air France KLM étudie le potentiel de la Blockchain

 

La division ingénierie et maintenance d’Air France KLM évalue actuellement le potentiel de la blockchain à devenir son nouveau ‘ledger’ numérique pour la gestion des pièces de rechange sur les avions en service. Lors d’un récent webinaire, la division MRO (maintenance, réparation, révision) de la compagnie aérienne s’est jointe à ‘Microsoft’ et ‘Ramco Aviation’ pour discuter de leurs recherches sur l’utilisation future de la Blockchain dans la maintenance des aéronefs.

En janvier, IBM est devenue l’une des premières entreprises à proposer l’utilisation de Blockchain comme moyen d’améliorer le processus de maintenance des avions pour les compagnies aériennes.

Air France KLM Ingénierie et Maintenance, utilise son laboratoire MRO pour expérimenter les possibilités futures de la Blockchain. Le prestataire français de maintenance aéronautique utilise son laboratoire ‘MRO Lab’ pour travailler en partenariat avec des universités, des constructeurs et des développeurs de logiciels au sein et en dehors de l’industrie aéronautique afin d’explorer comment ils peuvent faire de nouvelles idées et de nouveaux concepts une réalité au sein de l’aviation. Air France a connu un tel succès qu’elle a ouvert un deuxième laboratoire ‘MRO Lab Singapore’ en collaboration avec Ramco Systems.

“Le cas d’utilisation doit être réaliste “, a déclaré Kornberg, le directeur de l’innovation de la division économique d’Air France KLM, “Les quatre caractéristiques de la blockchain sont la résilience, la traçabilité, l’intégrité et la désintermédiation.”

Un passage de l’analogique au numérique difficile

La division solutions industrielles de Lufthansa a créé l’initiative ‘Blockchain for Aviation’, dans laquelle elle espère réunir les développeurs de logiciels, les avionneurs, les fournisseurs de services MRO et plus encore afin de créer collectivement une base pour l’utilisation future de la Blockchain dans l’industrie aéronautique

Kornberg a indiqué qu’Air France KLM cherche à savoir comment surmonter le problème des données non électroniques qu’elle gère actuellement et qui ne passeraient pas facilement à un environnement Blockchain.

Kornberg précise  « Dans le secteur de l’aviation, nous avons encore beaucoup de données qui ne sont pas numérisées, beaucoup de données analogiques, la première étape, et c’est ce que nous faisons en ce moment, c’est passer à une solution entièrement numérique, sur toute la chaîne d’approvisionnement et toutes les données aéronautiques que nous recevons, et avant qu’on fasse cela, on ne peut pas appliquer la Blockchain sur des données non électroniques. »

Source : http://www.aviationtoday.com/2017/10/03/air-france-klm-evaluating-mro-potential-blockchain/

 

Tags

Articles liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Rejoignez notre chaîne Telegram