« Bitcoin n’est pas une menace pour les systèmes financiers », selon le ‘FSOC’ américain

 

Selon le FSOC (Financial Stability Oversight Council), le principal organisme de surveillance financière des États-Unis, le Bitcoin et les autres crypto-monnaies ne constituent pas une menace pour les systèmes financiers existants dans le monde.

Un intérêt pour la technologie Blockchain

Dans son rapport de 164 pages, le FSOC a déclaré que les devises numériques ne sont utilisées que par très peu de personnes, mais que la technologie Blockchain sous-jacente possède un grand potentiel dans diverses applications industrielles. « En réalité, il n’y a pas beaucoup de personnes qui utilisent quotidiennement les crypto-monnaies. Nous accordons un peu plus de crédit aux applications potentiellement plus vastes de la technologie dite des registres distribués. Il est à noter que le principal défi de cette vague numérique est le stockage des données. En effet, le stockage est décentralisé au lieu d’être compris dans un espace accessible par les gouvernements », detaille le rapport.

Tout le monde est d’accord sur la marche à suivre

Le rapport du FSOC cite également diverses menaces monétaires, les risques géopolitiques et les menaces à la cyber sécurité auxquels le système financier est confronté. Étonnamment, le Bitcoin n’est pas cité comme étant une menace. En effet, le marché des crypto-monnaies a enregistré une croissance considérable et historique en 2017. Cependant, malgré sa croissance phénoménale, la valeur totale combinée du marché reste nettement inférieure à 1 000 milliards de dollars, ce qui est trop faible pour constituer une menace systémique pour le secteur financier mondial.

Le point de vue du FSOC concernant les devises numériques développé dans le rapport est quelque peu surprenant, car il tranche complètement avec le point de vue de plusieurs personnalités de l’industrie financière. Récemment, Jamie Dimon, PDG de ‘JP Morgan Chase’, a affirmé que le Bitcoin était une devise frauduleuse et qu’il ne devrait pas être pris au sérieux.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*