Blanchiment d’argent ; L’autre face du Bitcoin

Le blanchiment d’argent est un délit qui consiste à cacher l’origine des capitaux générés par une activité illégale. Avec l’arrivée du Bitcoin , anonyme et intraçable, les trafiquants en tout genre n’ont pas résisté à la tentation de passer au blanchiment 2.0 .

Le blanchiment 2.0

Les blanchisseurs d’argent injectent de grandes sommes d’argent dans le système Bitcoin et sur plusieurs plate-formes d’échanges pour ne pas être suspecté.Il suffit de tout reconvertir en monnaie réelle pour récupérer l’argent tout en gardant l’anonymat. Ces pratiques expliquent la réticence de plusieurs états, tels que l’Inde ,l’Algérie et la Corée du Sud ,face au phénomène des devises virtuelles.

Le blanchiment d’argent touche moins de 1%  de la circulation du Bitcoin

Différentes recherches ont conclu que la part des fonds d’origine illicite représente moins de un pour cent de toutes les transactions des Bitcoins .Cette pratique a diminué de façon exponentielle à mesure que la crypto-monnaie prenait de l’ampleur.

Le rapport publié par Elliptic indique que « les criminels ,en particulier les early adopters des nouvelles technologies, ont rapidement compris que Bitcoin  a l’avantage de l’anonymat, ce qui en fait la monnaie la plus utilisée sur le marché noir devant l’espèce. » La recherche affirme que «l’utilisation illicite de Bitcoin repose principalement sur des preuves anecdotiques soutenant l’analyse des données sur la manière dont il est utilisé au fil du temps et dans différentes régions géographiques. ”

Bien que le rapport admette qu ‘«il est impossible de quantifier exactement la valeur des Bitcoins utilisée à des fins frauduleuses », les chercheurs ont conduit l’analyse en se basant sur les estimations de l’outil Blockchain «forensics» d’Elliptic.

L’étude examine 214 services de conversion, y compris les échanges de devises virtuelles et les sites de jeu de hasard.De plus, l’analyse prenait en considération la circulation des Bitcoins provenant de 102 entités illégales ;  36 marchés et services darknet, 5 systèmes de Ponzi identifiés, 19 systèmes de ransomware  et 26 entités impliquées dans des activités frauduleuses.

La majorité des transactions illégales ont été traitées en Europe!

Les marchés darknet tels que Silk Road et AlphaBay sont source de presque toutes les opérations de blanchiment. Les services de conversion basés en Europe ont reçu la plus grande part de Bitcoins illicites dans des régions identifiables, cinq fois plus que les services nord-américains. En effet, 50% des Bitcoins blanchis sont attribués à seulement deux plate-formes d’échanges basées en Europe.

Le rapport indique également que «les services de conversion asiatiques ont traité la part la plus élevée de toutes les transactions entrantes en 2015 et 2016».Ceci explique l’aspect disproportionnée de cette technique malhonnête au cours de ces années.

Le blanchiment d’argent représente un sérieux danger pour l’économie et vient détourner la Blockchain de son objectif, pour perturber le bien-être financier des nations.

 

 

Tags

Articles liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Rejoignez notre chaîne Telegram