«DAICO» Une autre forme d’ICO


Jusqu’à présent l’ICO, vivait tranquillement dans le crypto-royaume. Sauf qu’un jour les investisseurs ont eu assez du manque de contrôle qu’ils avaient sur leurs investissements. Et c’est là que Vitalik Buterin, créa la DAICO, en janvier 2018. Il était sûr que ça allé changer le monde du financement mais les gens se demandaient qu’était cette DAICO, ils avaient besoin de plus d’explications.

La DAICO, est une amélioration de l’ICO, qui intègre certains aspects des DAO.

Ce concept vise à renforcer la sécurité des ICOs en impliquant les investisseurs dans le processus de développement initial du projet.
Il permettra aux détenteurs de jetons de voter pour le remboursement des fonds apportés s’ils ne sont pas satisfaits des progrès du projet, par conséquent les développeurs auront plus de responsabilité, et les investisseurs seront plus à l’aise en sachant  qu’ils vont, soit voir un produit viable, soit récupérer leur argent.

Fonctionnement d’une DAICO

Le contrat DAICO permettra aux contributeurs d’envoyer des fonds au projet en échange de jetons spécifiques. Et à la fin de la crowdsale, les montants dépensés sur le développement du projet sont  déterminés par une “tap” (un robinet), c’est une variable dont le taux / prix est contrôlé par les investisseurs. Cette Tap dans le contrat, peut être programmé pour prédéterminer (par seconde) le montant que les développeurs peuvent retirer des fonds empochés.

tap DAICO
Source: Cointelegraph

Les éléments du DAO utilisés pour les DAICO
3 éléments principaux sont repris du DAO, Premièrement, les décisions sur les fonds sont prises par un système de vote démocratique, régi par un contrat intelligent, deuxièmement, le financement n’est pas libéré en une somme forfaitaire, mais un mécanisme est mis en place pour l’étaler sur une période de temps bien précise. Et enfin, il y a une possibilité de rembourser les fonds contribués. Cette décision est basée sur la «sagesse des foules», c’est-à-dire que les contributeurs peuvent voter pour un remboursement des fonds restants, si l’équipe ne parvient pas à mettre en œuvre le projet.

En quoi est-ce différent d’une ICO ?
La principale différence est l’accès aux fonds. Dans une ICO, une fois la vente des jetons terminée, les développeurs du projet ont un accès complet aux fond collectés. Les développeurs doivent calculer à l’avance ce qui est nécessaire pour produire un prototype, et une fois qu’ils atteignent ce montant, appelé «soft cap», ils peuvent commencer à travailler sur le produit et dépenser l’argent sur ce qu’ils jugent nécessaire. S’ils n’atteignent pas ce ‘soft cap’, ils doivent rembourser l’argent.

Avec une DAICO, les contributeurs peuvent voter sur les résolutions (pendant la phase de développement) soit pour augmenter le montant, soit pour restituer les fonds restants (autodestructeur du contrat).

Les avantages de DAICO par rapport aux ICOs 
Cela met plus de contrôle entre les mains des investisseurs. Les contributeurs ont beaucoup plus à dire dans la phase de développement du projet. S’ils ne sont pas satisfaits de la progression du projet, ils peuvent définir le contrat de retrait et obtenir un remboursement.
Ceci atténue le risque d’escroquerie des ICOs.

D’un autre côté, la motivation de l’équipe diminue après la fin de l’ICO, vu qu’ils ont levés des dizaines de millions de dollars et ils peuvent travailler à leur aise. Mais avec la DAICO la motivation atteint son pic dès la fin du Crowdsale, puisque les investisseurs peuvent mettre fin au projet si l’équipe n’avance pas comme prévu.

Les défis
Le défi posé pour les développeurs du projet, est leur potentiel à influencer les contributeurs afin d’augmenter la variable de la tap. La formation des contributeurs est également cruciale. Ils ont besoin de comprendre pourquoi le prix d’un jeton spécifique augmente ou diminue pour prendre la bonne décision au moment du vote.

Enfin, les contributeurs peuvent également se désengager complètement en mettant toute leur confiance dans le concept DAICO lui-même, s’ils ne jugent pas nécessaire de participer aux votes et résolutions, réduisant le seuil de la majorité et affaiblissant la sécurité du mécanisme.

Source: Cointelegraph

Les principales caractéristiques d’une DAICO
Pour répondre à la question, il est utile d’observer un projet qui prévoit de conduire la première DAICO au monde, The Abyss, une plate-forme de distribution numérique de nouvelle génération basée sur un écosystème de récompense crypto. Elle prévoit de le faire avec les fonctionnalités DAICO suivantes:

  • Le vote sur les augmentations du tap ne peut être initiée par les développeurs du projet.
  • Imposer une limite en pourcentage par laquelle le tap peut être augmenté à la fois (pour éviter les abus).
  • La fréquence des augmentations est limitée (pas plus d’une fois toutes les deux semaines).
  • Seuls les jetons d’investisseurs peuvent être utilisés pour voter.
  • Les contributeurs seront informés bien à l’avance si un sondage est prévu.
  • Lorsque les contributeurs décident de mettre fin au projet, le Smart Contract va se retirer et rembourser leur argent, tout en détruisant les jetons détenus par les développeurs.

 

Tags

Articles liés

1 thought on “«DAICO» Une autre forme d’ICO”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Rejoignez notre chaîne Telegram