Des dealeurs blanchiraient de l’argent avec des ATM de Bitcoins

 

Des trafiquants de drogue utilisent des distributeurs automatiques de crypto-monnaies à Londres pour dissimuler les fruits de leurs crimes, a déclaré la police métropolitaine de Londres.

Selon des enquêteurs spécialisés dans le crime organisé, même les petits trafiquants adoptent des monnaies telles que le Bitcoin comme moyen de retirer l’argent de leur trafic sans se faire prendre.

Les ATM de bitcoins (Automatic Teller Machine), une cinquantaine dans la capitale, leur permettent d’échanger de l’argent directement contre des bitcoins sans alerter les forces de l’ordre comme le ferait un important dépôt d’argent dans une banque.

Cette mise en garde, donnée par les agents lors d’une séance d’information à l’intention des journalistes, montre que l’augmentation de la popularité des crypto-monnaies, en particulier du bitcoin, incite même des criminels relativement peu sophistiqués à l’adopter.

La SOCA (Serious Organised Crime Agency), a déclaré que le nombre de cas impliquant cette technologie est passé de zéro au début de l’année 2016, à plusieurs dizaines aujourd’hui. Un nombre qui, selon eux, continuera d’augmenter.

L’inspecteur-détective Tim Court, spécialiste des crypto-monnaies, a déclaré: « Si vous êtes un trafiquant de drogue local, les guichets automatiques sont une excellente occasion de vous débarrasser rapidement de votre argent ».

Il y a environ 100 ATM de devises cryptographiques au Royaume-Uni, ont déclaré les officiers. Selon le site web coinradaratm.com, environ la moitié d’entre eux sont à Londres.

Le deal se fait à proximité des machines

Michael Gallagher, directeur de la SOCA, a pour sa part affirmé que les trafiquants de drogue s’installent à proximité des distributeurs automatiques, parce que « si vous déplacez de grandes quantités d’argent liquide, cela vous rend vulnérable aux autres criminels », a-t-il dit.

Lors de la même réunion, les agents ont souligné que les actifs cryptographiques sont de plus en plus utilisés dans les secteurs criminels.

L’inspecteur en chef Gary Miles, qui dirige les opérations de lutte contre la fraude dans la police londonienne, a déclaré: « La raison de la création du bitcoin était honnête, Mais il semblerait qu’elle ait été détournée et exploitée par des criminels.”

 

 

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*