Tout ce que vous devez savoir sur EOS et la DPoS

EOS c’est quoi au juste

Les développeurs définissent EOS comme un système d’exploitation conçu pour permettre aux entreprises de construire des application décentralisées [Dapps], pour remplacer des applications Web tout en conservant des principes structurels similaires.

EOS analyse

EOS est souvent désigné comme un système d’exploitation décentralisé, où la possession de jetons représente une part proportionnelle de la bande passante du réseau, du stockage et des ressources informatiques (puissance de calcul), le stockage et les ressources de calcul. Les développeurs de DApps doivent mettre sous séquestre un certain nombre de jetons (appelés RAM) pour couvrir les ressources utilisées par leur application décentralisé. Les jetons mis en jeu peuvent être remboursés une fois le Dapp est retiré du réseau.
Grâce à ce modèle de, les utilisateurs peuvent interagir et utiliser des dApps gratuitement. Il n’y a pas non plus de frais de transaction sur le réseau EOS.

EOS a été développé et lancé par la société de logiciels Block.one, qui a publié le logiciel en Open Source.
La plateforme est construite pour incorporer 3 fonctionnalités principales: évolutivité , flexibilité et facilité d’utilisation.

Mécanisme de consensus: La preuve d’enjeu déléguée [DPOS]

La blockchain EOS utilise un mécanisme de consensus appelé Delegated Proof Of Stake (Preuve d’enjeu déléguée-DPoS),avec 21 validateurs de blocs, intégrant la BFT (Byzantine Fault Tolerance- La Tolérance de Faute Byzantine).
La preuve d’enjeu déléguée est un mécanisme consensus dans lequel les blocs sont validés par un groupe de nœuds présélectionné, ce qui permet un débit de transaction beaucoup plus élevé que les autres consensus telque la preuve de travail [PoW].
La BFT, ou la tolérance de pannes byzantine, est la capacité d’un réseau à gérer des situations dans lesquelles des noeuds tombent en panne, ou des noeuds malveillants qui diffusent des fausses informations.
EOS est théoriquement tolérant aux fautes byzantines, car 15 des 21 producteurs/validateurs de blocs sont obligés de confirmer une transaction (la majorité des 2/3).

Existe depuis 2014 dans le réseau BitShares et d’autres réseaux Blockchain, la DPOS est un système de validation qui permet aux détenteurs de tokens d’une Blockchain de voter pour des candidats qui vont assurer la validité des transactions et la sécurité du réseau (les 21 producteurs de blocs).

Comme les detenteurs de jetons ou les ‘Stakers’ choisissent par un système de vote les producteurs de blocs, c’est eux qui assurent le bon fonctionnement du réseau. Chaque  jeton donne le droit de voter pour au plus 30 candidats, pour assurer la sécurité et la stabilité de la Blockchain EOS.
Afin d’assurer un fonctionnement optimale du réseau, les validateurs de blocs soumettent leurs candidatures, et doivent prouver que leur matériel est suffisamment robuste, et que leur engagement envers l’écosystème est maximal.

Les candidature pour devenir un producteur de blocs sont ouvertes, le nombre est illimité, mais seuls les 21 premiers délégués toucheront une récompense pour leur rôle.
Ces 21 producteurs/validateurs de blocs élus par la communauté ont alors le droit d’inscrire des nouveaux blocs sur le réseau. Si l’un de ces 21 délégués est éjecté de la liste pour mauvais comportement , ou parce qu’il est hors ligne pendant une certaine durée, un autre délégué placé en haut de la liste des votes prendra sa place.

Une fois que les validateurs de blocs sont déterminés, la production de nouveau blocs se déroule comme suit:

  • L’algorithme choisit de façon aléatoire les producteurs du blocs à venir. Ceux-ci ont trois secondes pour produire leur bloc.
  • Production d’un bloc: le délégué réunit les transactions, et signe le bloc avec sa clef privée.
  • Le bloc est soumis à la validation des autres délégués. les 2/3 des autres producteurs de blocs doivent l’approuver afin qu’il soit valide et peut être inscrit sur la Blockchain.

Si le bloc a été produit hors de l’intervalle de temps désigné (3 secondes), il sera rejeté.
Dans le cas d’un Fork de la blockchain, comme dans le cas d’une PoW, la Blockchain la plus longues est considérée comme valide par l’ensemble du réseau.

EOS le jetonEOS jeton

Le jeton natif de la plateforme avait le symbole EOS. Les jetons EOS ont d’abord été libérés sous forme de jeton ERC20 sur la Blockchain Ethereum, mais un token-swap a eu lieu suite au lancement de la Blockchain EOS  après le déploiement de la version 1.0 d’EOS le 09 juin 2018.

jusqu’aujourd’hui, le 25/02/2019, l’offre totale de jetons EOS s’élevait à 1 006 245 120 EOS, les jetons en circulation à 906 245 118 EOS.
Les jetons EOS représentent une part des ressources de la plate-forme, notamment la bande passante, la capacité de stockage et la puissance de calcul. Les développeurs qui souhaitent créer des dApps sur la Blockchain EOS doivent mettre sous séquestre un certain nombre de jetons EOS pour déployer le DApp sur le réseau.

Les coûts de déploiement à l’heure actuelle sont comme suit:

  • Coût pour 1 Ko de données en mémoire vive (RAM): 0.0538 EOS (~ 0.193 USD)
  • Coût pour réserver 1 KiB de bande passante réseau par jour: 0.00041606 EOS (~ 0.001 USD)
  • Coût pour réserver 1 MS de bande passante de processeur par jour: 0.00254449 EOS ($ 0.009 USD)

Ce modèle de jeton est unique à EOS, il se diffère d’autres plates-formes telles que Ethereum. Dans le cas d’Ethereum, les jetons ETH sont utilisés pour payer les frais de transaction et les coûts de déploiement de contrats intelligents pour les dApp.

Une analyse

Les avantages
  • EOS dispose d’un énorme trésor pour financer le dévloppement de nouvelles dApps. Il a été annoncé le 05 juillet 2018 que EOS VC disposait d’un milliard de dollars, bien que ce chiffre devrait diminuer avec la baisse actuelle du prix de l’EOS.
  • Contrairement à la plupart des autres plates-formes populaires, les utilisateurs n’ont pas à payer de frais de transaction sur EOS. C’est une bonne expérience utilisateur.
  • EOS utilise la machine virtuelle WASM, qui prend en charge différents langages de programmation courants tels que C, C ++ et Rust. Cela facilite la tâche pour les développeurs.
  • Le mécanisme de consensus DPoS permet un débit de transaction élevé, les transaction sont confirmées presque instantanément. Il est nettement plus rapide que la plupart des Blockchains PoW et permet une utilisation évolutive de dApps.
  • EOS offre une grande flexibilité, un bug dans une application décentralisée ne la rendra pas inutile, et n’aura pas d’impact sur le fonctionnement de la Blockchain. Les 21 validateurs de blocs peuvent bloquer l’application, et permettre aux développeurs de résoudre tout problème avant sa réactivation.
  • Les développeurs doivent mettre sous séquestre (Stake) les jetons EOS pour couvrir les coûts de stockage, de bande passante et de puissance de calcul associés aux dApps, puis les récupérer s’ils retirent le dApp.
  • Ce modèle garantit aux développeurs un intérêt direct pour leur travail et l’ensemble de l’écosystème, mais ne nécessite pas de frais de déploiement non remboursables, contrairement à d’autres plates-formes. Ce modèle pourrait attirer les développeurs à utiliser la Blockchain EOS.
Les inconvénients
  • Les transactions étant gratuites, des utilisateurs malveillants peuvent facilement spammer le réseau sans trop de frais.
  • Le nombre de producteurs de blocs pour EOS est relativement faible [21]. Cela entraîne une centralisation considérable, chaque producteur de blocs exerçant une influence notable sur le réseau. EOS ne peut pas être comparé au niveau de décentralisation associé à d’autres Blockchain telles que Bitcoin ou Ethereum.
  • La gouvernance d’EOS repose largement sur le vote, mais le taux de participation des détenteurs de jetons dans le precesus de validation est faible, ce qui peut conduire à une gouvernance inefficace.
  • Les récompenses pour être un super noeud sont substantielles. Avec EOS à 2 dollars, les principaux producteurs de blocs gagnent plus de 500 000 dollars par an avec des frais d’exploitation minimes. Cela incite les producteurs de blocs à tout faire pour conserver leur statut.
  • Block.one affirme que le réseau EOS est flexible dans le sens où des applications défectueuses peuvent être bloquées pour que les bugs soient corrigés. Cependant, ce même pouvoir permet aux producteurs de blocs d’annuler des transactions qui ont déjà été confirmées. L’une des principales caractéristiques de la technologie Blockchain est l’immuabilité, qui malheureusement n’est pas présente dans le réseau EOS.

Conclusion

EOS a choisi de sacrifier des caractéristiques telles que la décentralisation pour créer une plate-forme d’application décentralisées performante. Il est possible de réussir si davantage de développeurs blockchain commencent à migrer vers EOS, mais pour que cela se produise, il reste beaucoup à faire. Nous pourrions voir EOS utilisé pour certains cas d’utilisation ne nécessitant pas une telle décentralisation, mais plutôt une évolutivité élevée.

Il existe de nombreuses activités sur la blockchain EOS, l’application la plus active étant Dice (plus de 1.8M transactions au cours des 7 derniers jours). Toutefois, comme les transactions EOS sont gratuites, il est difficile de savoir si le nombre de transactions est gonflé ou non.

La mesure la plus importante pour les plates-formes de dApps, est l’activité des développeurs, et EOS est en retard par rapport à d’autres plates-formes telles que Ethereum. Selon Dapp Radar, 328 dApps EOS sont déployés, contre 1 403 pour Ethereum.

Tags

Articles liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Rejoignez notre chaîne Telegram