La vague du business des crypto-monnaies s’impose

Les ETF tant attendus sur les crypto vont-elles voir le jour ?

Aux USA, la SEC: U.S. SECURITIES AND EXCHANGE COMMISSION, est la commission qui fait la pluie et le beau temps sur les marchés financiers.

Cette agence a un impact mondial; elle se porte garante de la maturité des innovations technologiques financières et de leur respect des normes juridiques des marchés financiers. Elle autorise leur mise sur le marché notamment dans le plus grand marché financier mondial: Wall Street.

Depuis l’explosion du marché des crypto-monnaies en 2017 avec plusieurs centaines de tokens cryptographiques créés, de multiples agences financières ont demandé des ETF (Exchange Traded Fund).
Un ETF est un instrument financier qui regroupe plusieurs tendances en une seule. C’est une sorte d’obligation facilement échangeable contre des liquidités. Il permet d’être exposé à un marché, sans réellement y entrer. Il existe par exemple des ETF sur l’OR qui permettent de subir les mêmes variations que le marché de l’or sans en posséder réellement.

La SEC reporte sa décision sur les ETF pour septembre

Depuis peu, la tendance chez les agences financières est de créer des ETF pour les crypto-monnaies.  Plusieurs de leurs clients sont intéressés d’avoir une exposition au marché mais sans forcément détenir un portefeuille numérique.

À ce jour, quinze projets ETF indexés sur le Bitcoin ont été rejetés par la SEC. La première proposition a été déposée en 2013 par les frères Winklevoss.

Toutes les propositions soumises depuis, ont systématiquement été rejetées pour des raisons liées à la protection des investisseurs en lien avec la maturité de la technologie. Par exemple, la volatilité du marché leur donne un argument appuyant la dangerosité des ETF pour les cryptomonnaies.

Il y a deux incohérences dans cette situation. D’une part, comment la SEC souhaite-t-elle contrôler le développement des technologies financières liées au crypto-monnaies si les innovations sont systématiquement bloquées ?
D’autre part, les tokens tels que
GMEX et MINDEX sont une forme d’ETF puisque leurs cours sontt indexés sur d’autres crypto-monnaies. Est-il donc indispensable d’avoir l’accord de la SEC pour créer de tels produits financiers?

Plusieurs personnes, y compris au sein de la SEC, ne sont pas d’accord avec la position de l’institution qui refuse systématiquement les ETF.

Hester Peirce, par exemple, expose son opinion dans un article sur Bitcoin-Exchange-Guide.
Selon la régulatrice:

nous devons être conscients de notre rôle, nous ne devons pas décider si une innovation ou une technologie va réussir à s’accomplir […], c’est une position très dangereuse et cela fait vraiment du tort aux investisseurs, car nous leurs refusons une opportunité.

Malgré la grande volatilité des prix, un groupe comme CME [Chicago Mercantile Exchange] a créé un instrument de spéculation tel que des contrats Futures sur le Bitcoin en 2017. Autre exemple, J.P. Morgan a créé sa propre crypto monnaie : JPM coin en 2019. Sans compter le fait que Fidelity est maintenant pleinement impliqué dans la blockchain, tout comme Amazon et Apple.

La Cerise sur le gâteau étant le samsung S10 qui sera muni d’un portefeuille électronique pour les crypto-monnaies.

Récemment, deux établissements ont fourni des dossiers très sérieux ayant peu de chance d’être refusés : VanEck/SolidX et Bitwise Asset Management. Ces deux entreprises ont travaillé d’arrache pied avec des juristes pour faire une proposition que la SEC ne peut pas refuser. D’une part, ils s’engagent à fournir des produits orientés sur la sécurité et le confort de l’investisseur avant tout. Et d’autre part, les rouages légaux du dossier sont selon eux très fonctionnels.

L’écosystème de la blockchain évolue très rapidement et parfois sans l’aval des autorités. Faut-il avoir plus de “légalité” dans les produits proposés ? La question reste encore ouverte.

Bien loin des considérations de Satoshi Nakamoto qui souhaitait l’indépendance des utilisateurs, aujourd’hui les entités en interaction avec la technologie Blockchain cherche une respectabilité et une légitimité aux yeux des institutions publiques et privées.

Guest Post de:
Rafik Kheffache 
Rafik Kheffache
Tags

Articles liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Rejoignez notre chaîne Telegram