HPB, un EOS chinois ou bien plus?

Depuis sa création en 2009 la Blockchain n’a cessé de progresser. On est aujourd’hui à la veille d’une révolution qui changera à jamais l’avenir de l’humanité. Avec la blockchain, on revit ce rêve oublié du début de l’ère technologique. Elle nous permet d’entrevoir internet comme elle a été pensée à ses débuts, à savoir un réseau décentralisé, sécurisé et libre. Cependant cette technologie est encore infantile, elle n’est encore qu’au balbutiement de ce grand projet. Avant donc son adoption réelle par le monde, il existe des obstacles desquels cette technologie doit s’affranchir.

L’une des plus grandes limites de la blockchain est le problème de la scalabilité. C’est à dire la capacité d’un système, ou de ses composants, à être utilisé sur des plates-formes de tailles très inférieures ou très supérieures, ou avec des volumes ou flux de données très inférieurs ou supérieurs.

Introduisons donc cette notion de TPS.

TPS signifie « Transactions Par Seconde ». C’est une notion qui est bien reconnue dans le monde de la blockchain mais qui est souvent mal comprise ou sous-estimée. Le TPS est un goulot d’étranglement pour toutes les solutions blockchain actuelles et ce goulot restreint le développement et ne répondra tout simplement pas aux besoins futurs de l’entreprise.

On a tous peut-être connu à un moment ou un autre une surcharge du réseau lors du transfert de crypto-monnaies. Rappelez-vous comment le jeu cryptokitties, une dApp construite sur la blockchain Ethereum a entraîné l’encombrement du réseau allant jusqu’à bloquer certains ICOs.

Le TPS est donc important … en fait, c’est plus qu’important, c’est fondamental !

Alors, à quelle vitesse sont les taux TPS actuels des plus grandes cryptos ?

  • Bitcoin ~7 TPS
  • Ethereum ~15 TPS
  • Ripple ~1000 TPS
  • Bitcoin Cash ~40 TPS
  • Cardano ~10 TPS

Comparons cela à Visa, qui a un pic quotidien « moyen » d’environ 4 500 TPS et qui est capable de procéder jusqu’à 56 000 TPS. Ne parlons même pas des 110 000 likes par seconde sur Facebook.

La Blockchain est donc dans l’obligation d’augmenter ce TPS si elle veut être compétitive sur le marché, et devenir une application du quotidien. Personne ne peut s’imaginer devoir attendre des heures devant le distributeur de billets, ou devoir payer des frais exorbitant pour que l’opération soit plus rapide.

Un autre point à prendre en compte est la taille réelle de la transaction en cours de transfert (mesurée en bytes B ou kilobytes kB). Les transactions VISA par exemple mesurent en moyenne 0.5 kB.

Alors pour 4500 TPS on doit transporter :

(4500 tps x 512 bytes)  (1024 bytes par kB / 1024 kB par mB) soit environ 2.2 mB de données par seconde. Cela semble minuscule… Mais il en est autrement si on se penche sur le fonctionnement de la Blockchain.

En effet l’architecture même de la blockchain est sensiblement différente.

Prenons comme exemple le Bitcoin. Ce dernier a une taille de bloc fixe de 1 MB.

Tout le point de la « décentralisation » est que chaque nœud du réseau soit d’accord que le bloc est valide. Ce consensus prend généralement environ 10 minutes. Une fois le processus terminé, ils commencent à synchroniser le bloc suivant… et ainsi de suite….

Sachant que la taille moyenne de la transaction est de 250 bytes, on en déduit pourquoi le réseau Bitcoin ne peut supporter plus de 7 TPS :

1.000.000 ( 1mB=limite de taille du bloc) / 250  (taille moyenne) / 600 (temps de validation) =6.6 TPS

Si on considère les millions de transactions quotidienne, et qu’on ne peut insérer que 1MB par bloc, le premier bloc de la file est traité en premier (1MB maximum de données), mais le reste des transactions doivent attendre, pour voir si elles sont dans le prochain bloc, ou peut-être le prochain ? Ou peut-être le prochain ?…

Mais y a-t-il un moyen de passer à l’avant de la file d’attente ? Bien sûr, mais vous devrez payer des frais de transactions plus élevés pour obtenir la priorité. Cependant, comme ces frais sont relatifs à la crypto-monnaie elle-même, plus la valeur de celle-ci augmente, plus ces frais deviennent conséquents.

Alors qu’est ce qui peut être fait ? … Eh bien, une des solutions proposée est d’augmenter tout simplement la taille limite du bloc comme avec le Bitcoin Cash qui a repoussé cette limite à 8MB… Eh bien cela fonctionne en partie, mais ne fait que retarder l’échéance. En effet, au fur et à mesure que de plus en plus de gens et d’entreprises utilisent la blockchain, l’information transportée dans celle-ci augmentera.

Tôt ou tard, nous ne parlerons plus de mégabytes de données … nous parlerons de GB de données … probablement de TB de données sur le réseau blockchain ! Maintenant, à ce stade, aborder ce niveau d’évolutivité ne sera certainement pas un problème purement logiciel … nous devrons revenir au matériel !

Pour que la blockchain réussisse vraiment, le matériel de réseau doit être développé pour déplacer PHYSIQUEMENT les données assez rapidement afin de gérer le traitement des transactions … et franchement c’est quelque chose qui n’a pas été abordé …

Jusqu’à maintenant !

HIGH PERFORMANCE BLOCKCHAIN

La Blockchain «High-Performance-Blockchain» (HPB) veut résoudre ce problème … Elle veut donner à la blockchain l’opportunité d’évoluer.

Alors, que fait HPB à ce sujet ? Ils ont développé un hardware spécialisé qui est une carte réseau accélérée connue sous le nom de carte TOE (TCP/IP Offload Engine). Celle-ci est capable de supporter des millions de transactions par seconde. Maintenant, il y a beaucoup de blockchains qui cherchent à faire face à ce problème de scalabilité. Certaines d’entre elles sont vraiment fascinantes, et elles aborderont probablement l’évolutivité à court terme… Mais à un moment donné, le Hardware sera toujours le goulot d’étranglement. HPB est la seule société à ma connaissance en ce moment qui voit l’accélération matérielle comme fondamentale pour la scalabilité de la blockchain.

La «General-Virtual-Machine» d’HPB ou GVM est actuellement en cours de développement pour permettre à la solution HPB de travailler avec d’autres blockchains pour les améliorer et les aider à évoluer. Actuellement, le GVM est en cours de développement pour le NEOVM (NEO Virtual Machine) et le EVM (Ethereum Virtual Machine) et d’autres prévus pour le futur.

L’architecture d’HPB utilise l’algorithme de consensus DPOS (Delegated Proof of Stake), qui est le seul capable de combiner les exigences de performances mentionnées précédemment. Selon cet algorithme, l’ensemble du réseau de détenteurs de cette crypto est capable de passer au vote pour désigner de nouveaux producteurs de blocs. N’importe qui peut participer à la production de bloc une fois élu. HPB devrait produire un nouveau bloc toutes les 3 secondes. Les producteurs de blocs travaillent ensemble pour produire des blocs plutôt que de rivaliser l’un contre l’autre.

HPB offre donc une solution Hardware et Software au problème de la scalabilité de la blockchain.

Passons maintenant à l’aspect commercial

Après avoir compris le concept d’HPB, la plus grande société de données financières de Chine, UnionPay, s’est jointe à HPB en tant que partenaire. UnionPay gère actuellement 80% des données sur les transactions bancaires de la Chine, avec un chiffre d’affaires annuel de 80 trillions de yuans. HPB s’associera à China UnionPay pour servir tous les partenaires de l’industrie, y compris les grandes banques, les assurances, les entreprises de vente au détail, les sociétés de technologie financière etc…

L’équipe R & D de la puce HPB est composée d’experts Huawei et Intel. HPB est soutenu par d’anciens dirigeants d’OKEX et de Huobi et par un membre du comité Nobel de physique. Le PDG, Wang Xiao Ming, est un expert de blockchain très respecté en Chine. Il a publié plusieurs livres sur la technologie blockchain. Comme investisseur on trouve également 8btc tout comme NEO.

HPB a beaucoup d’attractivité à l’est, mais il est complètement inconnu à l’ouest en ce moment. Jusqu’au 5 février, elle n’était offerte que sur d’obscurs échangeurs comme Bibox et Allcoin, mais est maintenant disponible sur Kucoin.

Le seul bémol (ou peut-être avantage) de cette société est certainement un manque flagrant en termes de communication et de marketing…. Ils se sont d’abord focalisés sur la technologie mais plus la société et sa communauté vont grandir et plus ce problème sera comblé.

Cela explique ce marketcap relativement bas pour une technologie aussi prometteuse.

En effet il y a 22 216 600 de coins circulants à un prix de $6,03 par coin, ce qui donne au projet un marketcap de $133 962 766.

Rappelons que le marketcap d’EOS (son concurrent direct) est de $5 567 599 561 soit plus de 41.5 fois.

HPB est donc à mon avis l’une des crypto-monnaies les plus sous-évaluées sur le marché. Son potentiel technologique est énorme. Elle offre l’une des meilleures solutions à la plus grande limite de la blockchain. Elle lie pour la première fois une solution Hardware au Software pour atteindre les millions de transactions par seconde et permettre enfin l’adoption de masse.


Cet article est une présentation et ne peut en aucun cas être considéré comme un conseil en investissement.

Cependant, vous devez faire vos propres recherches avant d’investir et assumer l’entière responsabilité de vos décisions.

Tags

Articles liés

6 thoughts on “HPB, un EOS chinois ou bien plus?”

  1. Hello There. I discovered your blog using msn. That is a very neatly written article. I will make sure to bookmark it and return to learn more of your helpful information. Thank you for the post. I’ll definitely return.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Rejoignez notre chaîne Telegram
Close