iExec (RLC); Analyse complète

Point clés :

Blockchain: Ethereum  /  Classification : jeton ERC-20  /  Fonction: Cloud Computing

Jetons en circulation: 79,070,793  /  L’offre totale :86,999,785  /  Capitalisation boursière: $111,832,195 USD

Plateforme d’exchange: Bancor Network, Binance, Bitfinex, Bittrex, Gate.io, Gatecoin, HitBTC, Liqui, Livecoin, Radar Relay, Upbit

ICO: Avril-Mai 2017

SiteWeb  Coinmarketcap Whitepaper


Les résultats de la blockchain, ont contribué au fait que cette technologie soit le leader du secteur informatique.
La tendance de cette période est le «Cloud Computing». Cette industrie est actuellement dominée par dles géants  Amazon, Microsoft Azure et Google.

L’industrie du Cloud Computing est en plein essor vu que les petites industries achètent de plus en plus de puissance de calcul. Les estimations pour ce marché disent qu’il dépassera les 400 milliard de dollars d’ici 2020.

iExec est une boite de Cloud Computing décentralisée. Elle tente de prendre le devant  d’Amazon et Google, en utilisant la puissance de la blockchain tout en poussant les limites actuelles du revenu brut de l’industrie. Ce dernier comptait 260 milliards de dollars à la fin de 2017.

En outre, la plupart des blockchains établies, ne sont pas construites pour gérer des traitements informatiques complexes. Ce problème crée le besoin d’une solution « off-chain » qui puisse répondre aux exigences de certaines dApps.

Cette solution permettra aux entreprises de ne plus avoir recours aux solutions centralisées.
La plateforme d’iExec, offre une solution décentralisée au problème de scalabilité de la blockchain. Ceci plus un grand nombre de facteurs que vous découvrez dans ce rapport, placent iExec en haut de la liste.

Premièrement, les fameux contrats intelligent. iExec à l’intention de les utiliser pour gérer la décantation des exigences contractuelles des dApps, La puissance de calcul (computing power) et les besoins de leur clients.

Deuxièmement, une très récente implémentation, qui accorde les niveaux de services des blockchain, utilisant les sidechains et les contrats intelligents.

L’équipe de base de iExec, a conceptualisé et développé XtremWeb-HE. Ce dernier est un logiciel open-source qui permet aux utilisateurs d’exploiter leur puissance de calcul inutilisée, en permettant à d’autres utilisateurs connectés sur le système d’en bénéficier.

Les fondateurs cherchent à étendre ce logiciel afin d’en faire un marché pour leur clients.
Un marché dans lequel ils peuvent acheter et vendre de la puissance de calcul, en utilisant ce qu’on appelle des « grids », mises en oeuvre par le programme XtremWeb.

Les avantages que ce programme fournit sont nombreux, y compris la standardisation de la qualité avec une technologie open-source approuvée, et déjà en cours d’utilisation dans la monde du Cloud.

iExec utilisera un protocole de « proof-of-contribution », pour partager de manière appropriée le paiement pour les services rendus.
Ce protocole a augmenté la sécurité et la traçabilité des paiements par rapport aux autres protocoles, tels que « Proof-of-Work ».

Une autre idée innovante est introduite par iExec afin de mieux sécuriser la blockchain est la « Domain Specific Blockchain ». Cette autre approche va développer le concept du DAO (Decentralized Autonomous Organization) dans les phases initiales de Ethereum.

Les contrats intelligents qu’ils vont implémenter, vont être utilisés pour la mise en relation et l’ordonnancement multi-critères. Cela permet de faire correspondre les quantités de puissances de calcul nécessaires aux besoins de la clientèle, et leur permet de sélectionner des critères spécifiques pour correspondre à leurs commandes, comme la confiance, la fiabilité, la rentabilité et l’efficacité énergétique

iExec s’est associé à des crypto-projets de premier plan, tels que Request Network, Signals Network, Flixxo, et Shopin. Ces partenariats actuels fournissent des dApps qui sont maintenant disponibles sur l’App Store iExec.

Plus récemment, ils ont annoncé un partenariat avec Genesis Mining, les notant dans leur livre blanc comme étant un candidat pour exécuter le logiciel iExec en parallèle avec l’exploitation minière Ethereum.

De plus, ils ont fourni un total de 150 000 dollars en subventions pour les développeurs et l’utilisation de leur SDK personnels afin de créer des applications décentralisées pour l’App store de iExec.

Technologie derrière iExec 

Depuis la fin de l’ICO en avril 2017, iExec dispose d’un App store pour sa plateforme, disponible sur leur site web. Le store contient actuellement 10 dApps, y compris une plateforme de trading, qui fournit des signaux pour les marchés via le Signals Network, un jeu d’échecs décentralisé, un moteur de recherche factorielle, Flixxo, un moteur de distribution de vidéos décentralisées, Shopin un moteur de shopping universel qui fournit une expérience d’achat personnalisée, et Blender, une suite de rendu et de création 3D, avec plus de dApps qui devraient être publiées bientôt.

Ces partenariats donnent à iExec un avantage par rapport à ses concurrents, vu que de nombreuses entreprises ont essayé de créer un super-ordinateur décentralisé (distributed Supercomputer), à l’instar de SONM et Golem, mais leur systèmes manquent de fonctionnalités.

iExec mentionne que les services centralisés de plus grande taille pourront également vendre leurs puissance de calcul contre des jetons iExec, référençant Microsoft Azure et Amazon AWS comme des références de ce domaine. Ils suggèrent que ces grands joueurs utilisent leurs services en plus de leur business model actuel pour améliorer leurs résultats net, tout  en utilisant la puissance de calcul inutilisée dont ils disposent.
La plate-forme iExec a l’intention d’aller auprès des utilisateurs de tous les jours pour créer une base pour leur clientèle.
Ils envisagent un avenir dans lequel vous pouvez utiliser leur logiciel pour créer une partie de la «grille» sur une machine locale et l’héberger pour quelqu’un d’autre sur l’Internet. Ceux-ci seront sécurisés par les contrats intelligents, et les règlements seront traitées via les “proof-of-contribution”.

Roadmap

La feuille de route de iExec est divisée en plusieurs étapes et se concentre sur le matériel requis pour chaque étape:

iExec roadmap

Novembre 2017 – La première étape V1, est basée sur le partage des services du Cloud computing et l’exécution des dAPPs pour lancer le computing off-chain et récupérer les résultats. C’est l’aspect le plus rudimentaire de leur service.
C’est l’étape actuelle du projet, avec des plans de vente de puissance de calcul au premier trimestre 2018.

Mai 2018 – V2  le «Market Network» qui devrait sortir en mai cette année 2018. Au cours de cette partie, ils se concentreront sur la création d’une interface graphique fonctionnelle et utilisable, ainsi qu’une API et des opérations de paiement. Cette partie permettra aux serveurs et autres applications de paraître en ligne avec des services comme le stockage de données biomédical, le rendu graphique, et l’analyse mathématique. La version 2 est actuellement en production, ayant cinq buts. Ils sont proche du lancement de l’interface utilisateur pour la vente de puissance de calcul.

Mai 2019 – V3 apportera le DRM, le support de data-intensive computing, et un système de réputation basé sur  la blockchain.

Mai 2020– V4 introduit ensuite les ressources GPU, qui vont entraîner des high-performance computing pour le réseau.
Ils ont l’intention d’apporter des plates-formes minières, beaucoup comme d’autres projets, permettant le rendu 3D et le deep learning.

Mai 2021 – V5, « Beyond the Distributed Cloud« , a l’intention d’intégrer l’IoT (Internet Of Things) ainsi que la technologie swarm dans la plateforme. Pendant cette période, la plate-forme passera à un format entièrement décentralisé, permettant à l’Internet des objets de participer à la location de la puissance inutilisée avec l’aide de la technologie swarm. Le projet vise également la création d’un «energy positive worker» , qui fournira des services de correspondance avec peu ou pas de déficits de ressources.

Vente des jetons RLC

La vente des jetons iExec a eu lieu le 19 avril 2017 et a atteint un plafond de 10 000 BTC.
Ils ont émis 87 millions de jetons aux participants en moins de trois heures. La plupart des jetons ont été vendu  durant la prévente et à d’autres investisseurs privés. Tout ceci à eu lieu sept jours plus tard que prévu, dû à un audit de sécurité daté du 19 avril 2017, où Le contrat intelligent d’Ethereum utilisé par iExec a été analysé pour ses faiblesses.

Au moment de l’opération de vente de jetons, Smith et Crown ont déclaré que le produit valait 12.120.000 $. Les bonus disponibles pendant la vente symbolique étaient les suivants:
Tous les jetons ont été vendus avec un bonus de 20% car la crowdfunding n’a duré que quelques heures

  • 69% des jetons ont été vendus au public.
  • 17% étaient réservés à l’équipe et aux premiers investisseurs
  • 7% étaient réservés pour des imprévus
  • 7% réservés au fonds de développement

iExec distribution des token

 

Actuellement, le jeton RLC est utilisé pour accéder et payer pour l’utilisation du réseau.
S’il n’y a pas de jetons iExec, il n’y a pas d’incitation à distribuer de la puissance de calcul.
Le paiement pour la computing power est l’utilité la plus fondamentale du jeton. Le prix sera probablement recalculé une fois qu’elle est distribuée et devient disponible sur les marchés ouverts au premier trimestre de 2018, mais à ce stade, l’équipe attend de voir comment la mise en œuvre du réseau va fonctionner.
Les dApps sont les principaux produits disponibles pour dépenser des jetons RLC à ce stade, mais il n’y a pas encore de computing power disponible sur le marché en dehors de l’équipe. La mise en œuvre est décrite en détail sur leur feuille de route. La possibilité de fournir localement des serveurs auto-hébergés à partir du coté de l’utilisateur devrait entrer en service au cours du deuxième trimestre de 2018. Ensuite, les jetons  RLC deviennent un facteur important dans une toute nouvelle économie de puissance de calcul.

Compétitions

Il existe plusieurs autres projets qui font du stockage distribué sur la blockchain, mais iExec n’a pas l’intention de concurrencer directement cette technologie. Au lieu de cela, l’équipe tente d’établir une connexion avec ces projets sur la blockchain en faisant d’eux des partenaires. Par exemple, des projets comme Siacoin ont été mentionnés dans la deuxième version de leur livre blanc en tant que partenaire potentiel, pour leur utilisation du stockage Cloud sur la Blockchain, mais ils déclarent explicitement qu’ils ne veulent pas poursuivre cette part de marché.

Il y a d’autres projets dans l’espace blockchain, comme Golem et Elastic, qui tentent de décentraliser le super-computer tel que prévu par iExec. Cependant, ils sont encore en phase de développement et devraient entrer en ligne bien après qu’iExec ait établi son réseau. Selon l’équipe d’iExec, GridCoin  a des usages très limités, et est bordé d’efforts altruistes.

Quant à Golem, il a une très différente stratégie de mise sur le marché, avec des approches différentes sur la mise en œuvre du cloud computingCela laisse Golem en attente d’établir un « super-ordinateur virtuel » avant d’apporter un produit sur le marché, se concentrant ainsi d’avantage sur les clients.

SONM est un autre grand projet aux yeux du public. Alors qu’il semble très similaire à iExec, le délai de mise sur le marché est un autre obstacle par rapport à iExec. Même avec le lancement du test-net (Test Network) de SONM en janvier 2018, iExec dépasse déjà leur feuille de route.
SONM vise également de permettre au consommateur moyen de monter à bord, ce qui pourrait potentiellement nuire à la part du marché d’iExec. Par exemple, SONM cherche plus d’utilisateurs d’appareils électroniques, y compris les consoles de jeux, afin de faire partie de leur réseau de puissance de calcul.

Le plus gros avantage ici, est qu’iExec se positionne comme le principal fournisseur de puissance de calcul off-chain pour les dApps. Leurs projections sont assez agressives,  ils ont l’intention de mettre au point une industrie de 8 milliards de dollars qui augmentera exponentiellement dans les années suivantes. Il est facile de supposer qu’il pourrait y avoir une hausse fulgurante de l’appréciation d’iExec, mais tout dépend de l’efficacité de l’équipe.

L’équipe

Entre 2007 et 2012, l’équipe a travaillé sur la mise en place de l’EDGI (European Desktop Grid Infrastructure), ainsi que de divers autres projets financés par l’Union européenne. Ils ont reçu de nombreuses subventions afin de mettre en place cette infrastructure.

Même s’il existe une certaine divergence entre l’équipe actuelle et l’équipe précédente, le lancement du projet et son produit opérationnel sur le marché, ont montré que le changement de l’équipe a entraîné des changements majeurs en ce qui concerne l’avancement du projet.

L’équipe a eu plusieurs partenariats, comme des nœuds opérationnels pour le Large Hadron Collider. Des partenariats académiques aussi, avec l’Académie des Sciences de Chine, le Centre National de Recherche Scientifique et l’Institut Français de Recherche en Informatique et Automatisation. De plus, les fondateurs d’iExec ont des dizaines d’années d’expérience pertinente. Gilles Fedak a une liste de publications sur Google Scholar sur la théorie du Cloud Computing. Quant à Haiwu, il a récemment été classé dans le top 100 des personnes les plus créatives en Chine selon “Fast Company”. À l’origine, l’équipe était composée d’une dizaine de personnes, mais elle s’est élargie à un nombre beaucoup plus grand après la fin de l’ICO, y compris le remplacement de certains de ses membres originaux en juillet 2017. Ce qui suit est une répartition de l’équipe principale.

Gilles Fedak – PDG et co-fondateur d’ iExec
Dr. Fedak est l’une des personnes les plus remarquables dans ce projet, il est l’un des principaux développeurs et éditeurs de la théorie distribuée du Cloud Computing que vous pouvez trouver dans le monde entier. Avant de fonder cette organisation, il a travaillé principalement comme chercheur scientifique. Depuis 2004, il a travaillé sur diverses subventions, et a publié un livre intitulé « Desktop Computing Grids », qu’iExec utilise comme logiciel principal. Il était aussi doctorant en «middleware open-source» à l’université Paris-Sud.

Haiwu He –  Cofondateur et Chef département scientifique 

Il est professeur de réseaux informatiques à l’Académie chinoise des sciences. Il est membre de l’équipe depuis trois ans selon son profil, lui aussi est spécialisé en Cloud Computing, et dispose également d’un certain nombre d’études post-doctorales dans ce domaine. Avoir un membre de l’équipe bien connecté et basé à Pékin, est un point de croissance unique, donnant la possibilité d’exploiter les marchés chinois et d’utiliser les contacts dans ce domaine pour atteindre certaines des populations les plus convoitées de la sphère.

Mircea Moca – Développement des affaires et expert Fintech

Mircea est un développeur d’affaires Roumain concentré sur les cadres techniques. Il travaille  également sur la plateforme SynergyCrowds, en même temps que la plateforme iExec. C’est un personnage de premier plan dans l’équipe, vu son poste d’évaluateur pour deux revues techniques, le Journal of Grid Computing et le Future Generation Computer Systems Journal . Auparavant, M. Moca a été professeur associé à l’Université Babes-Bolyai et vice-président de l’AFPAT, une société de développement professionnel pour les jeunes.

Heitem Abbes – Architecte système

Heitem a une présence en ligne bien établie, avec son propre site Web de Google , ainsi que diverses publications sur l’architecture du système. Il occupe actuellement un poste de professeur adjoint à la FST, un institut de recherche scientifique français. Dr Abbes a en 2009, obtenu son doctorat en philosophie, avec spécialisation en informatique. Il possède diverses compétences, notamment en tant que développeur mobile et en Cloud Computing.

Julien Berenger – Community Manager

Julien est toujours à bord avec iExec. En juillet dernier il a changé de poste, de « Communication and Content » à « Head of Communication« . Il a étudié à l’institut national des langues et civilisations orientales. Vu qu’il parle chinois, avant de rejoindre iExec, Julien a travaillé comme traducteur indépendant. Il pratique également le français, l’italien, l’anglais et même le vietnamien.

L’équipe actuelle d’iExec est très différente de l’ancienne équipe. Cela peut d’abord être un sujet de préoccupation, mais iExec a géré ses transitions avec grâce, en ajoutant des membres ayant d’importantes compétences, des conseillers et des partenaires.

Les Conseillers

En avril 2017, iExec a annoncé une liste de 12 conseillers (Advisors), allant du conseiller, juridique au développement commercial et technique. La liste comprend des noms prestigieux, notamment Han Feng, président de la “Digital Asset Coalition of Asia”; Feller Gao, conseiller sectoriel, directeur de la stratégie et de la coopération chez “Huawei Technology”; Partenaire industriel “Genesis Mining”; et comme mentionné précédemment, même un partenariat académique avec l’Académie chinoise des sciences.

Cette liste met toute la portée du projet dans le viseur, ce qui montre clairement qu’il y a un niveau de professionnalisme et de recherche universitaire. Le potentiel du projet devient plus apparent au fur et à mesure que les institutions de recherche chinoises s’associent aux grands acteurs de l’espace blockchain.

 Résumé

iExec est mis de côté par rapport aux autres plateformes, mais il a rapidement atteint le marché et s’est positionné comme la technologie perturbatrice promise par d’autres. En raison de leur rapidité à créer un produit opérationnel, il existe une grande probabilité d’une croissance rapide de l’adoption.

Les partenariats seront le modèl de l’utilisation de la plateforme iExec. Il y a beaucoup de projets bien établis dans l’espace, qui ont fait équipe avec iExec, ainsi que quelques projets dans le «monde réel», tels que le “Large Hadron Collider”, dans lequel ils utilisent déjà les ressources qu’offre iExec sur leur plateforme. Cela a la capacité de changer le jeu pour la technologie blockchain en déplaçant les calculs entièrement hors de la blockchain.

L’équipe entretient des liens étroits avec la Chine, et a conclu un partenariat avec une grande université chinoise, l’Académie chinoise des sciences, qui a effectué d’importantes recherches en ce qui concerne la puissance de calcul. Le “Dr He” y étant professeur, ce partenariat n’est que le prolongement logique des recherches menées à l’académie. En grande partie, c’est une représentation de la diversité présente au sein de l’équipe, ayant français, chinois, néerlandais, et de nombreuses autres nationalités concernées.

En fin de compte, iExec a l’intention de s’inspirer des projets similaires qui fonctionnent avec l’apprentissage profond ( le deep learning), le rendu graphique, etc…, avant d’arriver à la version 4, puisqu’ils comptent recruter des mineurs GPU pour leur jeton, afin d’apporter un plus, tel que l’apprentissage profond et le rendu 3D, en les positionnant pour prendre en charge d’autres projets, tels que DeepBrain Chain et Neuromation.
Le projet a prévu un plan pour les prochaines trimestres, iExec a une chance de surpasser ses concurrents en fonction de l’accessibilité de leur produit et des progrès réalisés par ces derniers.

Comme mentionné, l’équipe semble être prête à s’investir à fond dans la création d’une infrastructure du futur. Il est un peu troublant dans les normes d’enquête traditionnelles qu’environ 40% de l’effectif ne font plus parti de l’équipe. On ne sait toujours pas ce qui s’est passé avec les fonds de réserve prévus dans l’allocation des jetons, ce qui pourrait augmenter la circulation de 7%. Il n’est pas confirmé si les ex-membres détiennent toujours leurs parts de jetons iExec. De plus, il y a simplement une désinformation autour du projet. L’équipe a tenté d’y remédier. Cependant, au deuxième trimestre 2018, il y aura une interface Desktop client pour permettre aux utilisateurs de louer des ressources inutilisées et de les mettre sur le marché pour que quiconque puisse les utiliser.

Lorsque le projet arrivera à maturité, la concurrence s’élèvera pour inclure certains des plus grands services de Cloud Computing de renommé qui fonctionnent sur des serveurs centralisés. L’équipe a suggéré de permettre à Amazon et à d’autres d’utiliser leurs réseaux et de vendre efficacement la puissance de calcul inutilisée lorsqu’elle n’est pas louée, car ces entreprises ont sans aucun doute de grandes quantités de puissance de calcul inutilisée en attente d’utilisation. Certains de ces services de Cloud Computing centralisés font partie entre autres de la concurrence, mais il y a une relation qui peut être explorée. Alors qu’ils peuvent être en concurrence sur le marché des achats, la vente de la puissance de calcul peut être une énorme ressource inexploitée.


Avertissement: Tout le contenu fourni par IRG est axé sur nos propres observations et ne doit pas être considéré comme des conseils financiers. IRG n’est pas un groupe d’investissement; nous sommes un groupe de chercheurs qui scrute minutieusement le marché pour les projets que nous estimons avoir le plus de potentiel. L’investissement en crypto-monnaies est soumis à un risque de marché élevé et la volatile, n’investissez que ce que vous pouvez perdre.

Cherchez un professionnel agréé avant de faire des investissements.

Abonnez-vous à Ironwood Research Group pour recevoir en premier tous nos rapports techniques, des aperçus one-page et des mises à jour hebdomadaires du marché.

Tags

Articles liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Rejoignez notre chaîne Telegram