IOTA, la Blockchain sans Blockchain !

Le livre blanc d’IOTA est l’une des explications les plus complexes d’un réseau de crypto-monnaies. IOTA n’a pas de Blockchain régulière, mais des nœuds connectés les uns aux autres afin de vérifier des transactions. L’IOTA prétend être capable de gérer des micro-transactions et peut-être servir un jour l’Internet des objets ‘IoT’, d’où le nom du projet.

Mais la manière dont cette idée est mise en œuvre a été critiquée sévèrement par la communauté Ethereum et Vitalik Buterin a souligné certains des risques de sécurité.

Après une mise à jour, le protocole IOTA actuel n’a pas les mêmes vulnérabilités à sa fonction de hachage, mais les experts croient toujours qu’il y a des raisons d’amélioration.

“IOTA montre un manque de bon jugement technique.” Affirme Nick Johnson, le developpeur principal de l’équipe Ethereum. Johnson signifiait que le protocole IOTA était construit sur des bonnes idées mathématiques, qui ne fonctionnent pas bien avec l’équipement matériel actuel, par exemple, le système IOTA est construit sur un système de comptage ternaire, par opposition au système binaire qui est la langue maternelle des ordinateurs.

“Je n’ai rien contre la communauté de l’IOTA ou les algorithmes du DAG, Je ne suis pas du tout d’accord avec de nombreuses décisions techniques de l’IOTA  et je trouve certains de leurs comportements profondément insignifiants», a déclaré Vitalik Buterin dans un communiqué.

L’autre faute majeure; l’équipe IOTA a inventé son propre algorithme de hachage, ‘Curl’. Malheureusement, l’invention d’une fonction de hachage à l’épreuve des attaques ‘Attack-proof’ est une tâche extrêmement difficile, et le mécanisme de cryptage IOTA a certaines vulnérabilités connues.

L’entreprise IOTA continue de s’améliorer, elle a rapidement remplacé sa fonction de hachage ‘Curl’ par une fonction basée sur un algorithme de hachage connu et testé, ‘KECCAC’. Dernièrement, l’équipe s’est associée à des scientifiques pour améliorer leur système,’Imperial College‘ de Londres s’associera aussi à la fondation IOTA pour rapprocher leur protocole de l’adoption dans le monde réel.

Les équipes d’étudiants mettront à l’épreuve le réseau IOTA pour trouver le plus grand nombre de transactions possibles, mais même avec un réseau de test efficace, les transactions seraient en réalité plus lentes, nécessitant de communiquer avec d’autres parties du système pour atteindre les utilisateurs finaux. Sinon, le réseau IOTA est en effet capable de réaliser des millions de transactions par seconde.

Malgré les problèmes, la réponse rapide de l’équipe de l’IOTA montre que le projet tient suffisamment de dévouement et n’est pas influencé par les gains rapides des prix du marché surchauffés. Pourtant, nous devons attendre et voir si l’IOTA devient la technologie de demain.

Tags

Articles liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Rejoignez notre chaîne Telegram