L’association financière chinoise met en garde contre les ICO étrangères

Une association d’autorégulation en Chine avertit les citoyens contre la participation aux ICO et aux échanges de crypto-monnaies à l’étranger.
Dans une déclaration publique datant du 26 janvier, la NIFA  (Association nationale de finance Internet) écrit qu’après que la Chine ait interdit les ICOs en septembre dernier et ordonné la fermeture des plates-formes d’échanges, elle a vu les investisseurs déplacer leurs fonds vers des plateformes étrangères.

“Récemment, alors que les gouvernements du monde entier durcissent la réglementation sur les crypto-monnaies, certaines ICOs et plates-formes de négociation à l’étranger risquent également d’être fermées avec force, en raison de problèmes de conformité.”

Etant un organisme d’auto réglementation et non un organisme de réglementation, la NIFA a été créé en 2015 par la Banque populaire de Chine (PBoC) et approuvé par le Conseil d’État. L’avertissement survient quelques semaines après que l’association a envoyé un autre avertissement sur les activités qui offrent la substance des ICOs, mais qui sont commercialisées sous différentes formes.

En outre, la NIFA a souligné que les activités de négociation OTC (Over The Country) existantes en Chine ne sont pas conformes à la réglementation en vigueur. Certains réseaux sociaux nationaux ont servi de marchés afin de faciliter le commerce peer-to-peer, et certains outils de paiement non bancaires offrent également des services pour soutenir la finance.

Comme indiqué, suite à la clôture des plates-formes d’échanges domestiques, les investisseurs chinois ont largement migré vers des plates-formes OTC qui fonctionnent sur des applications de messagerie telles que WeChat et Telegram. Les méthodes de paiement telles que WeChat Pay, AliPay et les virements bancaires sont toujours disponibles pour les traders OTC pour faire passer des transactions.
Citant les détails de l’interdiction des ICO par la banque centrale, l’association a souligné que toutes ces activités relèvent toujours de la négociation de crypto monnaie, qui peut être soumise à une surveillance réglementaire.

«Les investisseurs doivent être conscients que ces services de négociation comportent tous des risques potentiels sur le plan des politiques, et qu’il leur est conseillé de rester à l’écart de ces activités de financement illicites», écrit la NIFA.

Pas plus tard que la semaine dernière, l’agence de Beijing de la PBoC aurait publié un avis aux services de paiement locaux leur demandant d’enquêter en premier lieu, et d’arrêter de servir les commerçants de crypto-monnaie dans le pays.

Tags

Articles liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Rejoignez notre chaîne Telegram