«Grâce au Sharding et Plasma Ethereum pourra atteindre 1M de transactions par seconde»

Cherchant à résoudre le grand problème de l’évolutivité du réseau qui repousse largement l’adoption généralisée du système de paiement par crypto-monnaie, le créateur d’Ethereum Vitalik Buterin présente « Sharding« et « Plasma » comme nouvelles solutions développées.

Depuis le début, Bitcoin et Ethereum ont été confrontés à la vitesse de traitement limitée requise pour que les nœuds puissent valider les transactions exécutées sur les Blockchains. Compte tenu de la croissance continue de la communauté des détenteurs de crypto-monnaies, le faible taux de transaction (TPS) ainsi que l’augmentation des coûts opérationnels sont devenus un obstacle important à l’utilisation quotidienne de ces actifs numériques.

La vitesse actuelle des transactions Bitcoin est de seulement 7 transactions par seconde, tandis que Ethereum peut traiter jusqu’à 15 transactions à pleine capacité. Cependant, même lorsque Ethereum est capable d’exécuter deux fois le nombre des transactions effectué par la Blockchain Bitcoin, il n’est toujours pas assez bon pour briser le benchmark très élevé du coût des transactions disponibles sur blockchain.

Dans un effort pour surmonter les problèmes de congestion du réseau et de débit global, le fondateur d’Ethereum a annoncé deux améliorations de couche, Sharding et Plasma, conçues pour augmenter la capacité de transaction du réseau. Buterin affirme que ce n’est qu’une question de temps avant que ces solutions primaires permettent au réseau Ethereum de traiter plus d’un million de transactions par seconde.

Sharding représente une solution de mise à l’échelle qui divise les réseaux blockchain en partitions plus petites appelées « shards », qui contiennent un historique de transaction indépendant. Dans ce scénario, les nœuds individuels n’auraient à traiter que des transactions pour certains fragments, ce qui permettrait au débit transactionnel global d’être plus important, car un seul nœud n’aurait pas à faire tout le travail.

D’autre part, le Plasma est désigné comme une solution pour effectuer des transactions hors chaîne qui n’améliore pas la blockchain elle-même, mais prend une blockchain existante et crée une construction spéciale, qui lui est connectée, et fournit ainsi un débit plus élevé. Néanmoins, comme il s’appuie sur la Blockchain sous-jacente d’Ethereum, Plasma permet au réseau Ethereum de continuer à gérer des contrats intelligents et de garantir une couche de sécurité avancée tout en ne diffusant que des transactions terminées.

Parlant de la technologie, Buterin a expliqué comment les deux solutions fonctionnent en complément:

Si vous avez une solution Sharding, la solution Sharding elle-même pourrait augmenter l’évolutivité d’Ethereum d’un facteur de 100, voire plus. Mais alors, si vous faites du plasma au-dessus de la solution d’évolutivité, alors cela signifie que vous ne faites pas 100 fois la quantité d’activité mais que vous faites 100 fois le nombre d’entrées, le nombre de sorties

«Grâce au Sharding et Plasma Ethereum pourra atteindre 1M de transactions par seconde»

Sharding et Plasma avaient déjà été testés sur le testnet d’Ethereum pour supporter des applications décentralisées potentielles (dApps) avec des millions d’utilisateurs en adoptant une approche innovante dans l’optimisation de la blockchain.

La nouvelle flatte particulièrement les utilisateurs d’Ethereum qui ont maintenant obtenu une raison supplémentaire d’être fiers.

Tags

Articles liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Rejoignez notre chaîne Telegram